Comment reconnaître une plante artificielle ?

Les industriels des plantes d’ornement ont fait un grand effort pour rendre encore plus réalistes leurs produits artificiels. Il devient ainsi plus difficile de distinguer ces derniers des vraies plantes. Heureusement qu’il existe des moyens permettant d’éviter la confusion entre les deux.

Des matériaux synthétiques pour la conception

Quand on parle de plante artificielle, on a tendance à penser directement aux plantes qui sont entièrement constituées de matériaux synthétiques. Celles-ci sont formées de troncs et de feuillage en plastique. Quand on les regarde de loin, il est difficile de se rendre compte qu’elles sont fausses. S’en approcher est ainsi important pour savoir s’il s’agit bel et bien de plantes artificielles ou non. Au toucher, il faut le reconnaître, il y a de grandes différences entre les deux catégories. Il est en effet, par exemple, plus difficile d’arracher les feuilles d’une plante artificielle.

À noter que depuis quelque temps, les matières plastiques ne sont pas les seules utilisées pour la conception des plantes artificielles correspondant à cette première définition. Il y a également les tissus synthétiques pour le feuillage et la fibre de verre pour le tronc des modèles haut de gamme.

Quid des plantes semi -artificielles et celles stabilisées ?

À noter tout de même que le terme « plante artificielle » englobe aussi les plantes semi-naturelles et les plantes stabilisées. Pourtant, ces dernières disposent des différences au moins négligeables avec celles concernées par notre première définition. Les plantes semi-naturelles des boutiques spécialisées sont constituées, par exemple, d’un véritable tronc en bois. Par contre, leurs autres éléments sont en matières synthétiques : tergal enduit pour le tronc et tergal pour le feuillage et les fleurs. Leurs meilleurs modèles ont fait l’objet d’un traitement anti-UV pour s’adapter à l’extérieur.

L’appellation « plante artificielle » pose, par contre, problème avec les plantes stabilisées. Ces dernières sont en effet des vraies plantes dont la sève a été substituée par une solution biodégradable à base de glycérine. C’est cette dernière qui leur permet de préserver leurs couleurs et leur aspect naturels d’origine. Ces plantes « artificielles » coûtent ainsi plus cher que leurs concurrentes. On leur reproche cependant leur tenue dans le temps qui reste plus faible.

Le choix de la durabilité et de l’intemporalité, mais pas seulement

En plus de ces caractéristiques propres à leur catégorie, les plantes artificielles ont aussi quelques points communs qui les différencient des plantes naturelles :

  • Elles ne peuvent jamais sécher puis tomber comme leurs concurrents naturels. Tous leurs éléments restent en place au moins durant la période garantie par leurs fabricants.
  • Elles disposent d’une plus grande durabilité par rapport aux plantes ornementales, avec des modèles qui pourront être préservés jusqu’à 7 ans, voire plus.
  • Elles sont toujours de saison. Vous n’aurez pas, par exemple, à attendre le printemps pour pouvoir admirer un bouquet de tulipes sur votre terrasse
  • Elles ne pourront jamais émettre des agents allergisants, voire des poisons, comme c’est le cas avec un certain nombre de plantes naturelles.  Votre santé sera même totalement préservée si vous prenez régulièrement du temps pour les dépoussiérer.