Restauration de meubles : 7 conseils pour ne pas faire d’erreurs


Guide pratique pour restaurer ses meubles

1) Reconnaître le mobilier

Il est essentiel de reconnaître les meubles que nous restaurons pour ne pas faire d’erreurs. C’est en effet la première étape pour décider s’il faut peindre les meubles (les meubles anciens ne doivent jamais être décapés) ou quelle couleur donner (les meubles du XVIIIe siècle ont une certaine couleur alors que ceux du XXe siècle en ont une autre).

Je vous conseille de vous entraîner sur des meubles sans importance achetés pour quelques euros sur les marchés ou de récupérer un petit meuble oublié dans la cave. Sur ce mobilier sans importance, vous pouvez vous exercer sans inquiétude… Voici quelques outils pour apprendre à reconnaître le mobilier.


2) Patine et décapage de peinture

La patine est la « peau » qui recouvre le meuble, c’est son histoire. La patine est en fait la partie la plus superficielle du meuble et c’est celle qui se présente à nos yeux. La couleur de l’oxydation du bois et du vernis, les coins légèrement arrondis, les taches d’encre sur les bureaux font partie de la patine.

C’est pourquoi enlever la patine d’un meuble ancien signifie compromettre sa valeur et je vous conseille de ne pas le faire à la légère. Si, en revanche, le meuble n’est pas ancien ou n’a plus la patine d’origine, nous pouvons enlever la peinture sans risque. Ici, vous pouvez voir comment peindre un meuble.

3) Les vers à bois et l’antiparasitaire

Comme vous le savez, le ver du bois est un coléoptère qui, à l’état larvaire, se nourrit de bois en creusant des tunnels. Nous ne sommes pas toujours en mesure de déterminer avec certitude si le ver du bois se trouve dans le meuble que nous voulons restaurer ou non. La présence de trous ou de poussière n’indique en effet pas avec certitude la présence d’insectes dans les meubles qui peuvent être déjà sortis.

En cas de doute, mon conseil est de toujours faire un traitement antiparasitaire efficace à base de perméthrine. C’est un traitement facile et bon marché. Vous trouverez ici les 5 erreurs à ne pas commettre.


4) La menuiserie

Commençons à restaurer les meubles qui ne sont pas détruits et qui n’ont pas de problèmes particuliers de menuiserie. La menuiserie en restauration n’est pas complexe mais est différente de la menuiserie moderne. Au lieu de remplacer les pièces endommagées, nous avons tendance à les récupérer, à les consolider et à les intégrer.

Nous pouvons consolider en utilisant une résine synthétique comme Paraloid ou une colle animale mélangée à de la poussière de bois. Si vous vous intéressez aux scies, rabots, ciseaux et joints, consultez le manuel de la menuiserie traditionnelle !

5) La préparation de la base

La préparation de la base est une étape très importante dans la restauration du mobilier et implique le jointoiement et le ponçage du bois avant de passer à la coloration. Pour le jointoiement, nous pouvons utiliser des stucs que nous trouvons déjà sur le marché ou nous pouvons préparer le stuc de craie en utilisant de la craie de Bologne et en le colorant avec de la terre.

Préparer soi-même le stuc nous aide à nous familiariser avec les matériaux et les couleurs. Ici, vous pouvez voir comment préparer le stuc en plâtre.


6) La coloration

Nous colorons les meubles pour diverses raisons. Parfois, nous le faisons pour redonner la couleur que nous avons enlevée avec du décapant, parfois pour rendre le mobilier plus intéressant. Un bureau ou une commode, s’ils sont laissés en couleur claire, donnent une impression de rusticité et vont bien dans un meuble de campagne ou de montagne, tandis que les mêmes meubles de couleur un peu plus foncée peuvent être insérés dans un meuble de ville plus élégant.

Nous colorons les meubles avec des colorants naturels très stables à la lumière, appelés mordants, et nous effectuons de petites corrections de couleur avec des anilines. Vous trouverez ici une analyse approfondie.

7) Polissage et revêtement

Nous polissons les meubles en utilisant de la peinture à la gomme-laque naturelle. Il s’agit de la même peinture utilisée pour le polissage des meubles depuis le 18e siècle. La gomme-laque naturelle a une couleur ambrée qui nous aide, lors du polissage, à donner à nos meubles la couleur chaude typique des meubles patinés.

Nous pouvons obtenir une finition brillante ou mate en décidant de la quantité de matière qui remplit les pores du bois. Nous finissons toujours la restauration par une couche de cire. Même la cire, comme le stuc, vous pouvez la trouver prête sur le marché ou vous pouvez la faire vous-même.